Roadtrainus Rex

Jurassic Park

Une île gigantesque, un milieu hostile, des animaux étranges, bienvenue à Jurassic Park.

Le sas d’entrée se fait à Darwin le 18 août dès l’arrivée à l’aéroport. Un courageux douanier fouille méticuleusement toutes nos affaires à la recherche de traces de boue qui contamineraient le parc, allant même jusqu’au fond de nos sacs de couchage, pas lavés depuis deux ans. Contre toute attente, on est clean, autorisés à pénétrer dans ce milieu hostile.


La route est longue pour atteindre la côte sud et l’été et ses températures extrêmes arrivent à grand pas. Pas de temps à perdre, on se lance à la découverte du parc. Et dès les premiers jours il faut être à l’affût. Dans cette zone se cache le dangereux Crocodilus saltus, prêt à dévorer quiconque passerait à proximité. Heureusement nous en entendons beaucoup parler mais c’est tout, à la différence des Termitosaurus, dont les abris, dressés vers le ciel, sont immanquables.

dsc05357
Les distances sont impressionnantes, allongeant les heures passées à pédaler. Les jours se suivent et se ressemblent mais on retrouve ce plaisir particulier à rouler dans des zones désertiques. L’option la plus rapide pour atteindre le centre du parc dans l’enclave d’Alice Springs est d’emprunter la Stuart Highway, route asphaltée aux lignes droites infinies. Mais ici aussi, le danger guette. D’étranges créatures véloces et pressées nous dépassent, et attention à ne pas les gêner sous peine d’être terrifié par le cri strident du Campingcore. Et pourtant ce ne sont pas les rois de la Stuart Highway. Ici règne en maitre absolu une autre bête aux dimensions inégalées. Plus de 50 mètres de long, plusieurs dizaines de tonnes, jusqu’à 80 pattes, le Roadtrainosorus Rex n’a pas d’équivalent.

dsc05323
D’ailleurs, son territoire est jonché des cadavres de ses victimes, les Kangasorus qui empestent à des kilomètres à la ronde. Mais cela nous permet au moins d’en voir de près car le Kangasorus, emblème du parc, est trop farouche pour être approché ou photographié. Charlotte tente un camouflage en Roadtrainosorus mais la ruse ne prend pas trop.

dsc05572
On passe par l’enclos sécurisé de Katherine, où on reste 2 journées au calme chez Niamh et Rob avant de reprendre la route le 27 août. Encore 1200 kilomètres à parcourir, qui défilent plus ou moins vite en fonction du vent, avant d’atteindre Alice Springs.

Sur la route, quelques sites valent le détour, comme les eaux chaudes non infestées de Crocodilus à Bitter Springs, ou encore les rochers de Devils Marbles qui nous tiennent compagnie l’espace d’une nuit.

dsc05377
Malgré une frayeur due à des milliers de Batmanosaures survolant bruyamment nos vélos, on arrive saint et sauf à Alice le 7 septembre chez Andrea et Laurie. Un peu de repos est nécessaire car on s’est dépensés sans compter sur les vélos. Mais ce n’est pas fini ; devant nous encore 2500 kilomètres à parcourir en zone hostile.

Au prochain épisode on quitte le territoire des Roadtrainosorus Rex pour faire un « petit » détour voir le caillou sacré du parc et découvrir d’autres animaux…

Galerie photos

14 Comments

  • Tellement beau, l’infini, mais en même temps presque effrayant..
    merci de nous faire partager tout ça.
    Au fait! J’ai l’impression mais pas sure.. que .. vous avez changé de tente?!?
    Bisous

    • Quel oeil ! et oui, on s’est allégés au Japon. Cette nouvelle tente est plus petite, plus légère, et elle peut être installée sur l’importe quel sol puisqu’on n’a pas besoin de planter les sardines pour qu’elle tienne debout. Et sans le double toit la moustiquaire nous permet de nous endormir en regardant les étoiles (ou d’être éblouis par la pleine lune à 3h du matin) grâce à la moustiquaire . De quoi (sur)vivre l’expérience « Jurassic Park » au plus près de ses habitants
      Des bisous !

  • Super l aventure continue toujours aussi prenante mais Charlotte ou as tu trouvé la chaise ???????? Bisous à vous deux et bon courage pour la suite

  • Bonjour Eric et Charlotte; Nous sommes le couple que vous avez recontré à Farina et vous avez donnée un peu d’eau. nous esperons que vouz voyagez bien. nous aimons bien votres photos et bonne voyage quand vous retournez chez vous en France.

    • Hello !
      We made it to Adelaide on October the 17th, and, after a week of rest, decided to push it to Melbourne, cycling through the famous Great Ocean Road. Here we are now since Monday, waiting for the flight that will take us to New Zealand tomorrow night . A new country, a new adventure !

  • De superbes images et du ciel bleu
    a vous voir, les températures sont agréables .
    Nous étions au col des Bagenelles avec D et D dimanche dernier et n’avons PAs manqué de parler de vous 🙂
    Quelle mise en scène avec la chaise bien blanche et en état !!!!

    • Ici , les températures peuvent être encore un peu fraîches mais l’été arrive. Nous allons vivre notre premier Noël « estival » très bientôt mais je crois qu’on ne réalise pas encore très bien le changement de saison par rapport à l’hémisphère Nord !
      Rappelez bien à D&D que nous aussi on pense fort à eux, on ne le dit jamais assez 🙂

      Des bisous !

      ps : la chaise était probablement tombée seulement quelques minutes plus tôt car nous en avons aperçu une pile pleine dans un pick up qui nous avait dépassé un peu plus tôt dans la matinée 🙂

  • Hello,
    « parce que comprendre, c’est apprendre à aimer. Aimer, c’est apprendre à voir et à regarder à entendre, à écouter Avec les yeux de la conscience, les oreilles du coeur, les sens du désir et de la connaissance . (Jacques HIGELIN)
    certains artistes ne sont-ils pas des voyageurs pour partager leur univers à leurs fans?
    La route est l’un des meilleurs moyens de comprendre le monde. L’écoute et le regard sont
    essentiels pour trouver une certaine liberté et laisser derrière soi certains de ses préjugés.
    Continuez à nous régaler de ses magnifiques photos ainsi que des anecdotes dignes de
    grands reporters (dans la lignée d’Albert londres).
    Je vous embrasse et à très bientôt
    Jacquou-net

    • Jacques ! comme nous sommes heureux de te retrouver avec tes beaux commentaires. Ils nous avaient manqué !
      Beaucoup de préjugés sont tombés depuis notre arrivée en Australie et nous ne regrettons pas une seconde d’avoir changé notre plan pour traverser ce pays en son milieu.
      Il y aurait beaucoup de choses à raconter et ces articles ne vous donnent qu’un petit aperçu de ce que nous vivons ici.
      Il faudrait vous parler de tous ces gens généreux qui nous ont offert de l’eau, partagé leur repas, ou invités chez eux plus loin sur la route. Des sourires et des pouces levés.
      Il faudrait aussi vous parler de tous ces oiseaux plus colorés les uns que les autres, mais qui ne font que passer et disparaissent avant qu’on puisse dégainer notre appareil photo.
      Cet article ne vous donne aucune idée de l’odeur des kangourous morts au bord de la route, ou de la douce odeur de l’outback au printemps.
      Les photos ne vous donnent qu’un petit aperçu des nuances infinies d’ocres, de leur contraste avec le vert-d’eau tirant vers le gris des buissons, ou avec le bleu du ciel.
      Si l’on arrive à rendre un dixième de tout ça, et qu’on arrive à vous faire un peu voyager quand même c’est un bon début. Mais si la curiosité vous démange, c’est qu’il faut prendre la route, peu importe la route, et faire l’expérience de tout cela par vous même !

      Des bisous !!!

  • coucou de pepere et memere, nous sommes chez Daniele, nous avons vu les photos , surtout faites bien atention a vous deux, pensons beaucoup a vous, et ca nous tarde de vous revoir tous les deux en bonne santé, gros gros bisous a bientot de recevoir de vos nnouvelles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *